Road trip : Je mets quoi, dans mon sac de randonnée ?


Vous partez en road trip. Vous prévoyez de vivre dans des déserts gigantesques, des métropoles surpeuplées, puis au milieu de la jungle. Vous comptez affronter des froids polaires, puis évoluer dans des climats tropicaux. Vous avez un seul sac de randonnée et il doit être suffisant pour faire face à toutes ces situations.

Et là, c’est le drame. Vous ouvrez votre placard, celui qui porte le doux nom de « merde, j’ai rien à me mettre ». Sauf qu’en fait, si. Il y a au moins 69876 millions de fringues, dans ce foutu placard. Et c’est précisément à ce moment là que vous vous en rendez compte. Quand toute votre vie doit rentrer dans un minuscule sac de randonnée.

Pile jean

https://www.flickr.com/photos/maistora/

Malheureusement, il faut choisir. Soyons franc : en road trip, on a tous une dégaine de merde. Nous mettrons donc de côté les tutos modes pour nous concentrer sur l’utile et l’agréable. Par exemple, comment ne pas mourir sous le poids de son sac à dos. Suivez le guide.

Bien choisir son sac de randonnée

C’est la première étape, et la plus importante, afin d’être à l’aise pendant son voyage.

Mon premier road trip, en Amérique du Sud : Sac de randonnée de 90 litres, 13 kg sur le dos tout au long du voyage (voire 14 parce qu’au retour je trimballais des cadeaux souvenirs en plus : une bouteille de vin, un ukulélé, et j’en passe).

Mon second road trip, en Amérique du Nord : Sac de randonnée de 60 litres, 10kg sur le dos. Pas de folie particulière en terme de cadeaux. De toute manière, la bouteille de vin a été consommée en 15 minutes et mon cousin ne s’est jamais servi de son ukulélé.

La différence, pour votre dos et votre moral, est énorme. Je vous conseille vivement de ne pas dépasser les 10 kg. En limitant la taille du sac à 60 litres, vous limiterez son poids.

Notez bien que si vous comptez emmener une tente pour le camping et transporter de la nourriture et de l’eau, il y a de grandes chances que vous dépassiez les 13, voire les 15 kg… Pour votre confort, essayez tout de même de limiter le poids du sac au maximum.

Sachez qu’il existe des modèles de sacs de randonnée adaptés aux hommes (la majorité du poids est supportée par le dos), et d’autres adaptés aux femmes (la majorité du poids est supportée par les hanches).

Choisissez le avec :

– Une fermeture éclair tout le long du sac. Ainsi, vous pourrez l’ouvrir sur toute sa longueur et accéder plus facilement aux vêtements qui sont dans le fond.

– Le plus de poches possibles, afin de pouvoir compartimenter vos affaires.

Ce que j’emporte en road trip

1. Vêtements

  • 5 t shirts
  • 2 jeans
  • 7 paires de sous vêtements + chaussettes
  • 1 pyjama
  • 2 pulls à capuche qui tiennent chaud, si possible. Ça prend un peu de place dans le sac de randonnée mais vous en aurez souvent un sur vous, voire les deux selon l’endroit où vous vous trouvez.
  • 3 shorts. Même si c’est l’hiver, vous pouvez dormir avec sous les couvertures. Vous gagnez de la place.
  • 1 paire de baskets de qualité, qui ne glissent pas et qui tiennent la cheville. Sinon, des chaussures de randonnée.
  • 1 paire de tongs pour la plage (la partie qu’on aime)
  • Pour les grands froids (la partie qu’on aime moins) : une doudoune ultra légère et compressible. Choisissez-la en plume d’oie, supportant des températures pouvant aller jusqu’à -10°C, voire plus si besoin. Vous pouvez vous en procurer « Au Vieux Campeur », elles coûtent entre 200 et 600 euros selon le modèle et la résistance.

Je n’ai, pour l’instant, jamais eu à subir des conditions de froid extrême en road trip. J’ai toujours pu me débrouiller en mettant des couches de vêtements les unes par dessus les autres. Typiquement, trois t-shirts et deux pulls lorsque j’étais au Canada. Autant vous dire que je ressemble à un bibendum sur les photos.
Mais au moins, ça fait de la place dans le sac de randonnée, et j’ai pu faire des économies. Nous étions au mois d’octobre, la température tournait autour de 5°C, c’était donc encore supportable. Et au pire, il y avait l’alcool.

2. Soins

  • Une serviette en microfibres, elles prennent peu de place !
  • Shampoing classique, shampoing sec pour les jours de camping sans accès à une douche.
  • Pour le corps, en rando, les lingettes nettoyantes peuvent être une solution… mais elles ne sont pas biodégradables, donc surtout, à ne pas jeter dans la nature.
  • 1 mini déodorant, quitte à en racheter plus tard, quand vous passerez dans des endroits avec une  présence humaine et des supermarchés. J’ai testé la Pierre d’Alun, que je n’ai pas trouvé très efficace.
  • Brosse à dents + dentifrice
  • 1 mini crème hydratante pour les mains et 1 labelo. Ils prennent peu de place et deviennent très utiles en cas de sécheresse extrême.
    Comme par exemple lorsque je suis arrivée à Las Vegas en plein mois de décembre, et que ma peau a failli se désintégrer (oui rien que ça) à cause de la sécheresse du désert du Nevada.

Vous trouverez pleins d’autres infos utiles sur les soins du corps et la propreté en rando sur le site de randonner-léger.

3. Hébergement & Camping

  • 1 drap de soie – Nature et découverte : 40 euros
    Utile lorsque vous dormez dans des lits d’auberges ou d’hôtels dont la propreté des draps vous paraît douteuse… En principe, il permet également de réguler la température du corps s’il fait trop chaud.
Sac de randonnée camping Hawaii
  • Une tente. D’accord, mais laquelle ? Mes amis qui font actuellement le tour d’Amérique Latine ont testé la tente Nemesis 2 de chez Ferrino. Voici ce qu’ils m’en ont dit :
    « Utra resistante, un peu lourde (2,5kg), elle a résisté aux vents de Patagonie. Il y a seulement un anneau qui s’est cassé mais nous avions un kit de remplacement donc nous n’avons pas eu de problème. Elle ne prend pas beaucoup de place et a coûté environ 190 euros. »
  • 1 sac de couchage ultra compressible et résistant à des températures de froid extrême – Au Vieux Campeur : Comptez à partir de 300 euros pour un duvet en confort à -10°C.
  • Horloge qui fait réveil et lampe torche (au cas ou le téléphone n’a plus de batterie) – Nature et découverte : 17 euros
  • 1 boussole – Décathlon : 40 euros
  • 1 oreiller gonflable – Nature et découverte : entre 5 et 15 euros
  • 1 réchaud à gaz + des cartouches de gaz
  • Des briquets
  • Un couteau-suisse

4. Santé & Sécurité

  • Un gros cadenas à code, pour les casiers en auberge de jeunesse. Ils peuvent dans certains cas servir à fermer votre chambre d’hôtel de l’intérieur si vous ne vous sentez pas en sécurité.
  • Une alarme de poche à emporter partout avec soi. En cas de problème, cela permet d’avertir les personnes autour et peut faire fuir un éventuel agresseur. Vous pouvez également utiliser un sifflet.
  • Une pochette tour de cou afin d’y mettre votre passeport et carte bleu.
  • Les médicaments de base + protecteurs d’estomacs à prendre avant les repas dans certains pays, le temps de  vous habituer à la nourriture locale !

5. Multimédia

Lors de mon road trip en Amérique du nord, j’ai voyagé avec un sac à dos dans lequel j’ai mis mon ordinateur et mon appareil photo. Je ne les ai jamais laissés dans mon gros sac de randonnée, je préférais les avoir à portée de main.

  • L’ordinateur portable

Il est bien sûr tout à fait possible de voyager sans son ordinateur. Vous trouverez des cafés Internet un peu partout, et vous pourrez vous y connecter pour pas cher. Je n’avais pas d’ordinateur lors de mes road trip en Amérique du sud et je m’en suis très bien sortie. J’ai même pu me connecter alors que j’étais au bord de la jungle Amazonienne !

Pour voyager à travers les USA et le Canada, c’était différent. Je commençais tout juste mon blog, j’ai donc décidé de prendre mon ordinateur avec moi, pour des raisons pratiques. Dans ce cas, si vous pouvez, choisissez l’ordinateur le plus léger possible.

  • L’appareil photo

Pour tout vous dire, j’ai fait mon premier road trip en prenant mes photos avec mon smartphone. Elles rendaient très bien, je n’ai pas eu de soucis.

Mais pendant l’un de mes voyages, et en discutant avec des passionnés, j’ai commencé à être attirée par la photographie. J’ai consulté des blogs de photo, ai beaucoup appris sur le sujet puis j’ai investi dans un Nikon D3200. Maintenant, mon appareil photo, je ne peux plus m’en passer ! Je suis loin d’être photographe pro, mais je m’amuse bien.

  • Le matériel photo

Attention : Pour protéger votre appareil photo, il est vivement conseillé d’investir dans un sac waterproof ! J’ai bien regretté de ne pas en avoir lors d’une rando à Hawaii durant laquelle j’ai du traverser plusieurs cours d’eau… L’écran de mon appareil en a pris un gros coup, et les 120 euros de réparation m’ont fait bien mal !

En règle générale, je voyage avec deux objectifs : le 18-55mm que j’ai eu avec le boîtier et un 35mm que j’ai acheté il y a peu. Après, bien entendu, tout dépend du type de photos que vous voulez prendre.

Si vous souhaitez faire des photos de nuit (étoiles, voie lactée, aurores boréales…) il vous faudra emmener un trépied ainsi qu’un grand angle. Si vous souhaitez observer des animaux en milieu sauvage, le mieux sera de s’équiper d’un téléobjectif.

Voici ma toute première photo de nuit, prise avec un trépied, sur l’île de Madère.

6. Cartes bancaires

Il est conseillé de voyager avec deux cartes bancaires : une Visa et une Mastercard.  Dans certains pays comme la Bolivie, trouver des distributeurs n’est pas chose aisée et parfois, ils ne fonctionnent qu’avec l’un des deux types de cartes.

Pour plus de sécurité, ne les rangez pas au même endroit. Si on vous en vole une, vous aurez toujours la deuxième pour vous en sortir.

7. Spécial filles – ou garçons qui ont envie de porter des robes. Ici, on n’est pas sexistes !

  • Quelques robes ou jupes, et éventuellement une paire de talons. Parce que vous allez sûrement faire la fête à un moment ou un autre et que peut-être, l’envie vous prendra de changer du classique jean/baskets.

Ceci dit, j’ai fait la fête en jean et chaussures de rando en Bolivie. Tout est possible.

Sac de randonnée road trip soirée
  • Le maquillage : Chacun son style mais personnellement, j’ai pris le minimum syndical.
    1 crème hydratante visage
    1 mascara
    1 blush
    1 démaquillant
    2 rouges à lèvres. Parce que je n’arrivais pas à choisir entre le rouge et le rose. Cliché, mais si réel.
  •  Une mooncup. Les avantages :
    1. Elle est écolo, car ré-utilisable pendant plusieurs années.
    Sachez qu’en 2013, en l’espace d’une journée, les volontaires d’Ocean Conservancy  ont ramassé 27 938 tampons et applicateurs usagés sur les plages du monde entier (Campagne internationale de nettoyage des zones côtières).
    2. Elle est pratique, car vous pouvez la laver simplement en la passant sous l’eau chaude. Il est tout de même conseillé de la nettoyer à l’eau bouillante tous les mois avant la première utilisation. Il vous faudra donc emmener un petit récipient spécial pour cela !
    3. Elle est économique : vous n’aurez plus besoin de dépenser d’argent dans l’achat de tampons ou de serviettes.
    4. Elle est plus safe qu’un tampon, d’autant plus que la marque Tampax, par exemple, n’a toujours pas communiqué la composition de ses produits…

****

N’hésitez pas si vous avez la moindre question et surtout… joyeux road trip !


Commentaires

CommentLuv badge

Commentaires Facebook