‘Et toi, tu voudras faire quoi comme métier plus tard ?’


Pendant mes 3 premières années de voyage, je fonctionnais plus ou moins au pif. Telle Carrie Ingalls dans le générique de ‘La Petite Maison Dans La Prairie’, j’allais ou le vent m’emportais, sans vraiment me préoccuper de l’avenir, seulement de mes envies.
Sauf que je sais pas si tu te rappelles du générique en question, mais la petite Ingalls, elle se casse violemment la gueule au milieu des champs.
Puis elle se relève en riant, parce que c est comme ça la vie, tu te relèves en riant ou tu crèves. C’est plus ou moins tout ce dont je me rappelle de la série, mais au moins, c’est instructif.

La phase expérimentation

En trois ans de voyage, j’ai donc :
– Bossé dans un call center, puis en Ressources Humaines en Argentine.
– Fais un an et demi de volontariat dans un orphelinat (encore en Argentine).
– Bossé en tant que Manager dans une start-up en République Dominicaine, puis ai finalement décidé de monter un food truck de Crêpes et Burgers.
– Fais du volontariat dans une auberge de jeunesse à Hawaii, avec en contrepartie l’hébergement gratos.
– Bossé en tant que vendeuse entre deux voyages quand je rentrais en France.
C’est la phase que j’ai appelé : « je ne sais vraiment pas quoi faire de ma vie mais on ne panique pas ».

Jusqu’au jour où, trois ans plus tard…

Mon compte en banque affiche 24 euros. Je rentre de Hawaii les étoiles pleins les yeux, j’ai envie de repartir mais bon, 24 euros.
Et je remarque que quelque chose à changé. Bien sûr, j’ai toujours envie de voyager, mais j’ai besoin de voir plus loin dans l’avenir. Bouger, oui, mais avec un minimum de stabilité financière quand même, s’il vous plaît.

La phase ou je me casse la gueule dans les champs comme Carrie Ingalls :

Jusqu’au 4 décembre 2015, j’étais à hawaii et je bossais 20h par semaines. Le reste du temps, j’étais dans un hamac, ou bien je faisais la fête avec mes potes sur la plage, ou bien… rien d’autre. C’est tout ce que je faisais.
Le 5 décembre 2015, je vis chez mes parents et je bosse en tant que vendeuse à Corbeil-Essonnes.
Les points positifs (quand même) :
1) Ma famille est au top.
2) Je bosse pour une marque que dieu merci, je déteste, ce qui m’évite d’acheter toutes les fringues que je suis sensée vendre.

La solution à tous mes problèmes : le développement Web.

Lors de ma fameuse phase expérimentation  j’ai eu l’occasion de tester pas mal de boulots, que je n’ai pour la plupart pas trop aimés. Puis à un moment, j’ai créé Planète Voyageuse en utilisant WordPress, parce que j’avais lu que c’était facile de créer un site dessus. Je me suis donc lancée en ayant l’impression que tout serait prêt en 5 minutes. Sauf qu’en fait, pas du tout.
WordPress, c’est beaucoup plus compliqué que ça, et il y a de grosses bases à connaître sur le monde du Web pour pouvoir faire un truc vraiment bien. Étant très légèrement perfectionniste, j’ai commencé à me plonger dedans.
Puis un jour, j’ai réalisé que j’avais pleins d’idées de sites et d’appli. Mais sans connaissances techniques concrètes, elles étaient difficiles à réaliser. Du coup, j’ai commencé à apprendre à coder.

L’année 2017 : Voyager et étudier

« Alors c était comment Prague ?! » Me demandent mes potes. « T’as vu le château ?? Et le vieux pont ? Et t’as pris un bain de bière ? Parce que nous à Prague, on est allés dans un endroit pour prendre un bain de bière ! »
Ma réponse se fait attendre, je me rends compte que :
1 – Mes amis sont des alcooliques notoires. Même si je le savais déjà, ce genre de rappel n’est jamais de trop.
2 – Je suis passée du côté BORING de la force. Moi, ce que j’ai retenu de Prague, c’est surtout sa bibliothèque. L’endroit le plus parfait de l’univers quand on a envie de bosser.

Ma vie glamour à Prague : Bibliothèque + Netflix

Parce que quoi de mieux après avoir passé 10h sur des lignes de code que d’achever ses yeux en regardant Netflix.
L’attitude de mes interlocuteurs change, j’y décèle une légère déception. Ils s’attendaient a des aventures de l’extrême, des rencontres, des soirées, mais surement pas à une réponse super enthousiaste sur un café/bibliothèque.
prague-cafedu-metier

Coucou, je deviens la plus grosse Geek que je connais

J’essaie donc d’expliquer à qui veut l’entendre à quel point cet espace de travail est merveilleux. Ouvert 24/24h, il y servent à manger et à boire, il y a des bureaux, des sièges énormes, des canapés, et même des oreillers et des plaids. En plus, on peut écrire sur les murs, car ce sont des tableaux à craie. Et écrire sur les murs d’une bibli, c’est pas donné à tout le monde.
 
Mes journées étaient fatigantes et passionnantes à la fois. J’ai appris plein de nouvelles choses, et rarement dans ma vie je me suis sentie aussi efficace en travaillant.
 Après un master en Marketing et 4792 boulots dans des branches différentes, je peux maintenant le dire : j’adore ce que je fais.
Alors voilà, à 28 ans, j’ai enfin la réponse à la question qui vaut un million d’euros :
‘Et toi, tu voudras faire quoi comme métier plus tard ?’ 

Commentaires

CommentLuv badge

Commentaires Facebook