Travailler en Amérique Latine : le guide


Ça y est, vous êtes enfin décidé ! Cette année, vous partez en Amérique Latine pour une longue durée. Les choses à préparer s’accumulent : entre les billets d’avion, le logement à trouver et les valises à préparer, vous ne savez plus où donner de la tête. En plus, vous partez dans un pays que vous ne connaissez pas ou peu et vous avez besoin d’un travail.

Situation désespérée me direz-vous ? Bien sûr que non ! Vous avez eu l’excellente idée de rechercher des infos sur ce blog, je ne peux donc que vous aider à vous détendre et vous donner tous mes conseils et astuces afin de mener à bien votre recherche de travail.

Bien sûr, ces conseils peuvent être élargis à d’autres pays que ceux d’Amérique Latine, mais étant donné que je partage ici ma propre expérience, j’ai préféré préciser.

Doit-on parler la langue locale si l’on veut travailler en Amérique Latine ?

travailler-en-amerique-latine-le-guide

Oui. Un minimum. Vous n’avez pas besoin d’être totalement bilingue mais vous devez être capables de comprendre votre recruteur lors de l’entretien et pouvoir lui présenter votre parcours, les raisons pour lesquelles vous souhaitez qu’il vous recrute et parler un peu de vous.

Vous devez aussi pouvoir être réactif lorsque votre supérieur ou vos collègues vous demandent quelque chose et bien sûr répondre aux demandes des clients !
Si vous n’avez pas un niveau de langue au moins basique voire intermédiaire il sera difficile de correspondre à ces critères.

Que faire si l’on ne parle pas un mot d’espagnol (ou portugais pour le Brésil) ?

Deux solutions :

  1. Si vous avez un peu d’argent et de temps : prendre des cours d’espagnol /portugais dans une école de langue spécialisée.
  2. Si vous avez besoin de travailler de manière urgente : Vous pouvez rechercher les entreprises francophones ou anglophones présentes dans votre pays d’accueil. Les Call Centers (Centres d’Appels en français) appartiennent souvent à des sociétés étrangères qui sont délocalisées dans les pays d’Amérique Latine.
    Pour certains d’entre eux, vous n’aurez pas besoin de savoir parler la langue locale mais plutôt anglais ou français selon les entreprises.Lorsque j’étais en Argentine, j’ai travaillé dans un call center pour une société venant des États-Unis. Nous ne traitions qu’avec des clients nord-Américains, nous utilisions donc uniquement l’anglais et n’avions pas besoin de l’espagnol dans notre travail quotidien.

Le CV Latino-Américain est-il le même que le CV français ?

Pas exactement. Certains points diffèrent, mais pas de panique, rien de très compliqué !

  1. Une bonne nouvelle pour commencer : En Amérique Latine, le CV n’est pas limité à une seule page ! Vous pouvez espacer, sauter des lignes, l’étendre sur 3 pages (seulement si nécessaire, n’en faites pas trop non plus !) personne ne vous fera aucune remarque.J’ai personnellement souhaité le garder sur une seule page mais c’est bien un choix personnel et non une obligation.
  2. Une différence majeure par rapport au CV français : il convient, pour un CV étranger, de présenter vos points forts en 2 ou 3 lignes en haut de votre CV (juste en dessous de votre photo et votre adresse) afin que le recruteur puisse en avoir une vision générale de vos compétences.
    Cette phrase d’accroche est très importante pour les recruteurs, ils peuvent ainsi se faire un avis sur votre candidature en un seul coup d’œil.
  3. Dans certains pays, il est d’usage de mettre la formation académique en premier et ensuite lister ses expériences professionnelles.Personnellement, je continue de présenter mon expérience professionnelle en premier, cela me paraît beaucoup plus clair et utile pour les recruteurs.Travailler à l'étranger : le guide
  4. Mettez en avant vos expériences utiles pour le type d’emploi que vous recherchez. Si vous souhaitez être engagé dans l’informatique ou dans la finance par exemple, vous n’êtes pas obligé de lister toutes vos expériences de garde d’enfants ou vos petits jobs de jardinage pendant l’été.A l’inverse, si vous souhaitez travailler dans le domaine de l’enfance, certaines de ces informations seront très utiles à mettre en avant. Tout dépend vraiment de ce que vous recherchez. Une seule règle : rester logique et penser à ce qui pourrait intéresser votre recruteur.
  5. La catégorie « centres d’intérêts » est à bannir. Les recruteurs ne sont pas du tout intéressés par le fait que vous ayez fait 10 ans de foot en club ou que vous soyez un fan de romans de science-fiction.Du moins pas lors de la réception de votre CV.

    Vous pourrez éventuellement parler de vos passions lors de l’entretien pour permettre à votre interlocuteur de mieux vous cerner.

  6. La langue de votre CV : portugais pour le Brésil, espagnol pour les autres pays de l’Amérique Latine.Éviter le CV en anglais, vous risquez d’énerver votre recruteur… bien sûr, encore une fois, cela dépend des cas. Ce sera tout à fait accepté si le poste que vous visez requiert une utilisation régulière de cette langue ou si l’entreprise en question traite avec un grand nombre de clients anglophones.

La lettre de motivation est-elle nécessaire ?

Travailler en Amérique latine le guide

Je n’en ai personnellement jamais envoyé, ni lors de ma recherche d’emploi en Argentine, ni en République Dominicaine.

Je le fais encore en France car j’ai l’impression que l’absence de lettre de motivation me pénalisera. Ce n’était pas mon ressenti en Amérique Latine. J’ai toujours envoyé un e-mail d’une dizaine de lignes pour me présenter, parler de mon parcours, de mes points forts et de la raison pour laquelle le secteur en question m’intéresse.

Restez toujours très polis et professionnels mais vous pouvez être légèrement moins formels que dans une lettre de motivation classique. Joignez votre CV à cet e-mail et le tour est joué.

Le gros plus : votre e-mail, s’il est assez concis, a de grandes chances d’être lu, contrairement à la lettre de motivation que les recruteurs n’ont souvent pas le temps de parcourir.

Comment être guidé dans ma recherche lorsque je serai sur place ?

Si vous êtes dans une grande ville, il y a des chances que vous puissiez vous adressez à la Chambre de Commerce et de l’Industrie française (CCI). Un conseiller vous recevra et vous donnera toutes les indications afin que votre recherche de travail soit fructueuse.

Les français recherchant du travail à Buenos Aires s’adressent dans la plupart des cas à la CCI et reçoivent, en plus de conseils personnalisés, la liste des entreprises françaises exerçant en Argentine. Pour plus d’information, vous pouvez vous connecter à l’adresse suivante : www.ccifrance-international.org.

Sur quels sites d’emploi postuler ?

Plusieurs sites de recherche d’emploi sont très populaires en Amérique Latine. Les ayant moi-même testés, je peux vous certifier que les sites Internet cités ci-dessous sont crédibles et peuvent vous être très utiles pour votre recherche.

Pour chacun d’eux, il convient de vous créer un profil (gratuit) afin de pouvoir répondre aux offres qui vous intéressent.
Il est conseillé de vous inscrire sur tous ces sites, afin de pouvoir répondre à plus d’offres. Vous augmenterez ainsi vos chances d’être contacté pour un entretien.

Attention : tous les liens ci-dessous renvoient vers des sites Internet en espagnol.

  • www.linkedin.com : il est important de mettre à jour votre Linkedin dans la langue du pays dans lequel vous recherchez du travail.Les recruteurs s’en servent énormément, contrairement à Viadeo qui n’est pas très populaire en Amérique Latine.
  • zonajobs.com: vous pourrez choisir votre pays sur la page d’accueil.
    Pays concernés : Argentine, Chili, Colombie, Mexique, Pérou, Brésil, Venezuela, Espagne.Zonajobs organise régulièrement des salons de l’emploi en ligne (appelés en espagnol « feria del empleo »). De nombreuses grandes entreprises y sont présentes, qu’elles soient nationales ou internationales.
    Il suffit de se connecter sur zonajobs pendant la feria (elle dure généralement plusieurs semaines), et vous pourrez accéder aux fiches de présentation de toutes les entreprises qui recrutent. Vous pourrez postuler directement et rapidement à de nombreuses offres d’emploi. Lorsque j’étais en Argentine, j’ai été recrutée grâce à ce salon par une grande entreprise internationale. J’y ai travaillé en Ressources Humaines pendant 1 an.

Si vous avez d’autres astuces sur le sujet, n’hésitez pas à m’en faire part. En attendant, je vous souhaite bonne chance dans vos recherches !


Commentaires

CommentLuv badge

Commentaires Facebook